Vingt ans après – Alexandre Dumas

Regarder la série The Musketeers m’a donné envie de retrouver les héros d’Alexandre Dumas. Et pour ça, quoi de mieux que de se lancer dans les 900 pages de Vingt ans après, la suite des Trois Mousquetaires ?

Comme son titre l’indique, Vingt ans après se déroule deux décennies après les événements des Trois Mousquetaires. Nous sommes en 1648. Le cardinal de Richelieu et Louis XIII sont désormais mort et la France et au main de la régente Anne d’Autriche mais surtout du cardinal Mazarin. Ce dernier, dans une position de plus en plus instable, entend parler des hauts faits de d’Artagnan et ses amis. Il charge le Gascon de réunir ses amis en échange d’un brevet de capitaine. Mais les anciens mousquetaires ne souhaitent pas forcément se mettre au service du Mazarin et certains ont même rejoint le parti des frondeurs…

J’ai été assez surprise de découvrir que les protagonistes des Trois mousquetaires s’étaient presque perdu de vue. Et sur la totalité du roman, ils ne vivent que peu d’aventures tous ensemble. Mais qu’importe, car ils ne cessent de se croiser au fil de leurs pérégrinations et le fait qu’ils ne soient pas forcément dans le même camp amène du piquant à l’intrigue. Les personnages évoluent au coeur de la Fronde à Paris mais aussi en pleine Révolution en Angleterre : deux contextes passionnants et tendus qui se prêtent à merveille aux intrigues de l’auteur.

J’ai retrouvé avec plaisir d’Artagnan, Athos, Porthos, Aramis, ainsi que leurs laquais respectifs. Si ces personnages ont toujours les mêmes valeurs, ils se sont tout de même bien assagis avec les années. Le vicomte de Bragelonne, le pupille d’Athos, est un personnage qui amène de la fraicheur à l’histoire. J’ai trouvé l’histoire de sa conception très fine ! Mazarin, l’auteur le dit lui-même, n’a pas l’étoffe pour remplacer Richelieu et il faut bien dire que le nouveau cardinal souffre de la comparaison avec l’ancien. Mordaunt, le nouvel ennemi mortel de nos héros, est un être plein de noirceur et ivre de vengeance qui donne des sueurs froides aux lecteurs.

Alexandre Dumas a su me captiver pendant les plus de 900 pages de Vingt ans après. J’aime beaucoup sa façon d’interpeler le lecteur sur certains points en donnant son avis. Avec lui, les longueurs n’en sont pas. On se rend compte après coup qu’on a lu une cinquantaine de pages passionnantes mais qui n’ont pourtant guère fait progresser l’intrigue ou les personnages.

Pour moi, Vingt ans après a été à la hauteur de mes espérances, même si j’ai tout de même préféré Les trois mousquetaires et je compte bien retrouver tout ce beau monde dans Le vicomte de Bragelonne qui termine la trilogie des mousquetaires.

Publicités

16 commentaires sur “Vingt ans après – Alexandre Dumas

  1. J’ai adoré Vingt Ans Après, Les Trois Mousquetaires et Vicomte de Bragelonne, j’aurai du mal à choisir un préféré parmi eux ! Par contre c’est vrai que je regrette l’absence d’un antagoniste aussi puissant et intéressant que Milady (il n’y a pas de personnages féminins aussi bien écrit qu’elle dans le reste de la trilogie)

    Mais c’est vrai que chaque roman a une essence et une ambiance un peu différentes, j’ai hâte de lire ton avis sur le dernier tome 🙂

    J'aime

  2. J’ai adoré « Les 3 Mousquetaires » que j’ai lu il y a un moment. Je devrai sans doute me lancer rapidement dans cette suite car j’ai déjà un peu oublié, malgré que cette lecture ait été un coup de coeur. J’ai hâte !!

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s